Çanakkale, la ville de Troie.


Turquie đŸ‡čđŸ‡·Â 

De Istambul à Çanakkale, La cote Ouest...

7100 kilomÚtres - 5 mois et demie de voyage. 


Je suis parti seul d’ Istanbul, mes amis Colombiens ne partant pas dans la mĂȘme direction... Je ne sais pas si on se reverra ! 
Rouler seul Ă  une toute autre saveur... Je peux vraiment vivre Ă  mon rythme, Ă  mon Ă©coute et je souhaite que ce voyage soit aussi un voyage intĂ©rieur ! À l’exploration des trĂ©fonds de mon intĂ©rioritĂ©... 
J’ai pris beaucoup de plaisir Ă  faire la route telle un ermite en pĂšlerinage... Un grand sentiment de libertĂ© ! 
Mais on ne reste jamais seul trÚs longtemps avec tous les autochtones qui ont croisé ma route
😁

Pour vous compter mon pĂ©riple le plus simple est de vous raconter une journĂ©e type avec mes joies et mes peines ! 

Lever à  7h, juste avant le soleil, je sors de ma longue nuit de sommeil avec le chant du muezzin... TrÚs vite, je plie ma tente et range mes sacoches. 
8h30, Top dĂ©part ! J’allume ma petite enceinte bluetooth, musique Ă  fond  ! C’est parti pour gravir les montagnes ! Je prend de l’élan dans les descentes, couchĂ© sur mon vĂ©lo, puis en danseuse quand la cĂŽte se fait raide, je descends progressivement mes vitesses... 
Je commence à avoir chaud, des gouttes de sueur perlent sur mon front... Je me concentre pour stabiliser ma respiration... Je sens mes cuisses se contracter à chaque coup de pédales qui tire mon lourd fardeau... Arg! Si la montée est trop intense, je finis par capituler et je pousse mon vélo...
Arrivé  en haut, je suis trempĂ©, je referme vite ma veste avant qu’un vent glacĂ© souffle sur mes vĂȘtements mouillĂ©s ! 
Les paysages sont magnifiques, je suis entourĂ© de montagnes et de forĂȘts, un grand silence m’entoure...
⛰ 

10h30, j’arrive prĂšs d’un petit village, des chiens me guettent au loin, je ne connais pas leurs intentions... Il y a les petits chiens peureux qui partent en courant et les gros chiens des montagnes, plus teigneux qui me suivent en aboyant ! Il peut m’arriver d’ĂȘtre escortĂ© par une meute  de chiens de chaque cĂŽtĂ© de mon vĂ©lo... 
Si j’accĂ©lĂšre, je me fais courser comme un liĂšvre, si je donne des coups de pieds je risque de me faire mordre... Une fois soĂ»lĂ©, j’ai lancĂ© ma bouteille d’eau sur la tĂȘte du chien, ça l’a encore plus Ă©nervĂ© !
đŸ€ŁÂ 
Maintenant, je les ignore, je ne les regarde pas dans les yeux et je continue ma route comme si de rien n’était... 

11h, j’arrive au centre du village, tout le monde me regarde ! Je pourrai sortir d’une soucoupe volante en tenue de cosmonaute, ça ferait le mĂȘme effet !
đŸ€Ł
TrĂšs vite on m’invite Ă  boire le thĂ©, personne ne parle anglais, j’arrive Ă  leur expliquer que je viens de Paris jusqu’ici en bicyclette... Ils se marrent, me prennent pour un dingue et me montrent  leur moto ! Je leur dis que oui c’est mieux la moto, mais que l’on fait moins de rencontres... 
Je pourrai facilement passer la journĂ©e assis Ă  boire le ChaĂŻ avec eux... Mais j’ai encore des kilomĂštres Ă  faire ! 

13h, pause dĂ©jeuner, je trouve un petit parc oĂč manger mon pique-nique. Si je ne suis pas bien cachĂ©, des enfants me repĂšrent et viennent m’observer... Je peux ĂȘtre assis Ă  manger mon sandwich avec une dizaine de gamins autour de moi, comme un singe que l’on observerait au zoo manger sa banane!  
Je leur explique que lĂ  je mange mais que promis aprĂšs j’irai boire le thĂ© avec eux. 

14h30, vous reprendrez bien un peu de montagnes ! En pleine digestion la montagne a toujours plus de saveur ! Les automobilistes me klaxonnent pour m’encourager, ce qui peu me faire sursauter, je leur fais un petit coucou de la main. 
Je salue aussi les passants « Salam alaikum ! » et ils me répondent « Salam alaikum Salam », ça les fait marrer, moi aussi ! 

17h, Mais oĂč est- ce que je vais bien pouvoir dormir ce soir ? (Surprise !) Je repĂšre les jardins des particuliers ou les petits coins de forĂȘt... Je demande de l’eau pour remplir mes gourdes et ma poche de 10 litres. 
Là, je joue contre la montre, je dois avoir installé toutes mes affaires de camping, mettre lavé au gants et  avoir dßner avant que la nuit ne tombe ! Top chronos !
⏱
Je peux avoir quelques surprises en dépliant mon matériel comme un tee-shirt mouillé qui à macéré  dans mes sacoches... ou pire mon coussin qui a des traces et qui sent le moisi !!! 

19h, je suis dans ma tente allongĂ©, c’est le meilleur moment de la journĂ©e ! Alors on pense que les cyclistes sont en vacances, mais pas du tout ces un travaille de tout les jours !

Sinon, les Turques sont toujours aussi gĂ©nĂ©reux et gentils. Impossible pour moi de payer le thĂ©, les enfants m’offrent des petites sucreries, quand ils m’invitent pour dormir chez eux, ils me laissent leur chambre et vont dormir sur le canapĂ©... Une mĂ©decin m’a mĂȘme soignĂ© d’une indigestion alimentaire sans me faire payer ! J’ai jamais vu ça ! 

Je suis maintenant Ă  Çanakkale, anciennement la ville de Troie. En arrivant il pleuvait, j’étais trempĂ© et je n’avais plus de vĂȘtements propre et sec pour me changer...
Okay, pas de problùme.. j’utilise mon joker ! Je me paye le luxe de dormir deux nuits dans un hîtel 
Je profite Ă  fond d’une bonne douche, d’un bon lit et du buffet Ă  volontĂ© ! 

Je reprends la route demain pour Izmir au sud du pays. Grace Ă  Maps.me (mon meilleur ami), j’évite les grands axes automobiles pour les petites routes de campagne. 
J’espĂšre arriver avant le 1er Novembre, journĂ©e d’anniversaire des 6 mois de voyage et de mon Papa !
đŸ€Ł

L’aventure continue ! 


Dream your planet great again !  



Youri