De Goa à Pondicherry, la fin du périple à vélo.

J’ai repris mon vélo le premier jour du printemps et en Inde il y a une fête hindou qui s’appelle « Holi ». C’est une fête très colorée, les Indiens viennent vers vous avec un petit sourire en coin, l’air malicieux et au dernier moment ils vous disent : « Happy Holi ! » et vous aspergent le visage de poudre de couleur ! Ça les fait beaucoup rire !
 
En passant par la forêt de l’Est de Goa, j’ai vu des singes. Comme j’avais des mini bananes sur moi j’en ai donné aux femelles qui ont un bébé accroché sur leur ventre... Ils sont très curieux et non pas du tout peur des humains.
 
Il fait chaud sur la grande route qui m’emmène à Bangalore ! 37 degrés à l’ombre, je bois des litres et des litres d’eau qui s’évaporent par ma transpiration... 
Les jours se ressemblent, je fais beaucoup de kilomètres et je passe plusieurs péages à la grande surprise des Indiens ! 
 
J’arrive enfin à Bangalore, je trouve un petit hôtel pas trop cher. Comme à mon habitude, j’annonce que j’ai un vélo et que je dois le mettre en sécurité dans l’hôtel. Mais là, le réceptionniste n’en a que faire de mes histoires... Il me dit qu’il n’y a pas de place et que je dois le garer dans la rue. Pour la première fois, je cède et trouve une place près d’un lampadaire.
À 23h, le gérant de l’hôtel vient taper à ma porte «Il y a un problème, un homme veut casser ton vélo ! » Quoi ? Je sors dans la rue et je tombe nez à nez sur un hindou furieux ! 
Je regarde autour de moi et je me rends compte que j’ai garé mon vélo juste devant un temple... Ce que je croyais être un lampadaire est le lieu où l’on brûle de l’encens... 
Oups! Terrifié par les menaces de l’Indien, je récupère mon vélo et le gérant accepte enfin que je le mette dans la cage d’escalier de l’hôtel...
 
Maxime, un français que j’avais rencontré à Goa m’envoie un message pour me dire qu’il est à Auroville et qu’il part bientôt pour le Cambodge. Je décide de le rejoindre. 
Je suis maintenant à Auroville depuis deux semaines et c’est vraiment un lieu atypique. Je vous raconterai mes découvertes dans le prochain numéro !

Des bisous,
Youri